Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Pot au noir : avec ou sans pot ?

18 octobre 2016

Si le Pot au Noir est devenu courant dans le langage des « voileux » et de ceux qui suivent nombre de courses glissant vers l’hémisphère sud, les météorologues le nomment scientifiquement ZCIT, pour zone de convergence inter-tropicale. En fait, il s’agit d’une zone météo en forme d’entonnoir qui prend forme au Sud des Iles du Cap-Vert, juste avant l’équateur, et qui s’étale du continent africain à son homologue américain. Les concurrents de ce Vendée Globe doivent couper par deux fois – à l’aller et au retour – cette zone où se rencontrent les alizés de nord-est de l’hémisphère nord et les alizés de sud-est de l’hémisphère sud. Au niveau de la convergence de ces deux alizés c’est le « no man’s land », le domaine du tout possible ou du rien du tout ! Calmes plats ou grains orageux qui développent des rafales de vent à 30 ou 40 nœuds, il est facile de se faire surprendre lors d’un léger sommeil réparateur. De plus, comme si c’était déjà assez facile comme cela, cette fameuse ZCIT a le malin plaisir de se mouvoir, d’apparaître et de disparaître alternant « pétole » et « baston » sans prévenir. Il faut alors scruter le ciel, anticiper les masses nuageuses, prévoir le coup de vent en adaptant la voilure pour ne pas se laisser surprendre, bien fermé l’habitacle, penser à sortir le shampoing car… comble de tout, c’est souvent l’un des seuls moments offerts, pour se laver après plusieurs jours de soleil et de transpiration.

Maintenant d’où vient ce nom bizarre ? Pas clair cette histoire et chacun y va de son explication. Est-ce qu’il s’agit de ce fameux pot de terre qui servait à jeter les détritus de toutes sortes dans les fermes ? Est-ce qu’il s’agit de cette histoire racontant que les navires du commerce triangulaire passaient par-dessus bord les esclaves malades pour éviter de contaminer le « précieux » or noir ? Quoi qu’il en soit il est clair que les bateaux de cette époque pouvaient se trouver bloqués de longs jours. Il leur fallait attendre de belles brises ou de puissants grains pour sortir de cette zone sans droit… En attendant, la famine s’abattait sur les équipages, le manque d’eau douce tuait et les maladies, dont le scorbut, décimait les bonnes volontés.

Aujourd’hui, l’ambiance n’est plus la même. La puissance des bateaux, leurs plans de voilure, leurs déplacements plus légers et leur vélocité font qu’il leur suffit d’un souffle d’air pour progresser. Avancer est le maître mot, progresser, gagner des milles dans la bonne direction, profiter des souffles d’air, des nuages, tenter d’obtenir des photos satellite pour observer quasi en temps réel son évolution… Le Pot au Noir peut s’apparenter à un pot d’ennui ou un grand coup de pot !

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.