Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Magnifiques clippers, bêtes de course

18 octobre 2016

Il y a des bateaux mythiques… Les monocoques IMOCA de 60 pieds le resteront, indéniablement. Mais au XIXe siècle, une race de bateaux allait défrayer la chronique : les clippers. Conçus pour avaler les milles à haute vitesse, ces bateaux mesurant environ 70 mètres, devaient battre des records pour arriver les premiers dans les ports de commerce pour acheter au meilleur prix certaines marchandises comme le thé ou la soie et revenir les premiers à destination pour vendre en imposant leurs tarifs. Facile à dire, plus difficile à réaliser… Aussi, ces cathédrales de voile portant de 3 à 4 000 mètres carré de toile parvenaient à tenir des 9 nœuds de vitesse moyenne sur des routes empruntant des chemins bien mal pavés. Effilés pour fendre les mers, toilés avec des bout-dehors portant des focs de plusieurs centaines de mètres carrés, des membres d’équipage prêts à tout pour battre leurs concurrents, ces bateaux étaient puissants et redoutés.

Routes du Thé ou de la Soie entre l’Europe et l’Asie via le cap de Bonne-Espérance, route de la Laine entre l’Angleterre et l’Australie, route de l’Or entre la côte Est et la côte Ouest des Etats-Unis via le Cap Horn… Ces bateaux ont connu les grands titres des plus grands journaux anglais et américains et certains noms de bateaux resteront à jamais gravés dans les mémoires comme le Cutty Sark, Flying Clound ou encore le Thermopylae. Ce dernier effectuera lors de son voyage inaugural sur le trajet Londres/Melbourne un temps de course de 60 jours… Un record qu’aucun clipper ne battra. Mais un des clippers les plus célèbres restera le Cutty Sark du capitaine Moody. Ce clipper inscrira dans les tablettes un record incroyable avec un Sydney/Londres en 71 jours. Pour l’anecdote, il est toujours possible de voir ce magnifique clipper à Londres au Greenwich Museum. Mais pour en revenir à nos marins du Vendée Globe, les concurrents vont emprunter et croiser la route des clippers en virant le Cap Horn.  Une route incroyable empruntée par les clippers reliant New-York à San Francisco qui devaient affronter le détroit de Drake, vent et mer de face. Une route incroyable car le temps était compté et il fallait descendre au 55° Sud pour enrouler le célèbre cap des Tempêtes avant de remonter le long des côtes chiliennes. Si très souvent les navigations se jouaient en violents duels, en 1852 c’est une flotte de quinze clippers qui bataillaient dans le cap Horn avant de remonter vers San Francisco. Un record !

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.