Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Foils, mât, safrans, voiles : Philippe Legros fait le point sur le chantier d'hiver

23 février 2016

A environ un mois et demi de la remise à l’eau de Maître CoQ, Philippe Legros, responsable de la performance au sein de l’équipe de Jérémie Beyou, fait le point sur l’état d’avancement du chantier.

 

 

Vendée Globe 2016 - Maître CoQ - Jérémie Beyou : Foils, mât, safrans, voiles : Philippe Legros fait le point sur le chantier d'hiver

Une grosse partie de ce chantier hivernal est consacrée à l’intégration de foils sur Maître CoQ, où en êtes-vous concernant ce dossier ?

Philippe Legros : « Après avoir achevé la phase de déconstruction puis de reconstruction des anciens trous de puits de dérive, nous avons ajouté des patchs de renfort sur les zones de foils. Désormais, nous perçons la coque au niveau de ces patchs pour installer les puits de foils. Le puits bâbord est arrivé, nous avons vérifié la conformité des découpes, la phase d’installation débute en ce moment : nous commençons par stratifier au bateau la partie arrière de la tablette verticale qui va tenir le puits. Ensuite, le puits est mis en place. Et nous finissons en ajoutant la partie avant de la tablette. La partie études, conception et plans de drapage pour la construction des foils est terminée depuis une dizaine de jours. Au total, la fabrication des deux foils s’étend sur un mois et demi environ ».

Qu’en est-il du mât ?

PL : « Le mât est en cours de renforcement : les tissus vont être posés cette semaine. Comme le moment de redressement (la puissance) du bateau augmente, nous avons besoin d’augmenter l’inertie du mât. Il s’agit donc de le renforcer sur toute la longueur, ce ne sont pas des renforts d’impact. Cela représente 7 kilos en tout ».

Quels autres renforcements sont effectués sur le bateau ?

PL : « Le bateau est renforcé en fond de coque depuis l’avant de la soute à voiles jusqu’à l’arrière de la zone de vie. Nous avons ouvert les planchers de ballast de la zone de vie, CDK est en train de fabriquer les petites cloisons en nid d’abeille, et nous sommes en train de préparer les zones où elles vont être installées en ponçant avant de coller ces cloisons. Ces renforcements n’ont pas d’impact sur la cellule de vie car tous les renforts se font dans les ballasts ».

En tant que responsable de la performance, vous travaillez aussi sur le nouveau plan de voilure, où en êtes-vous ?

PL : « La nouvelle grand-voile et le J1 (grande voile d’avant, ndlr) sont en cours de production, pour le reste, j’ai fini de traiter tous les enregistrements des « foilers » (les bateaux neufs dotés de foils mis à l’eau en 2015) de la saison dernière. A partir de ces données, j’ai recréé des polaires pour le bateau qui m’ont permis de déterminer les angles de vent apparent auxquels travailleront les voiles. Maintenant, avec ces polaires, il faut que je refasse un travail de routage statistique sur la transat New York-Vendée (départ le 29 mai) pour déterminer quelles voiles nous allons embarquer. Si les statistiques de la transat sont assez cohérentes avec les conditions que nous trouverons sur le Vendée Globe, nous prendrons sans doute quelques voiles prévues pour le Vendée Globe sur cette course. Si ce n’est pas le cas, nous embarquerons des voiles plus classiques ».

Quels sont les autres domaines du bateau sur lesquels l’équipe travaille ?

PL : « Les safrans sont en cours de production, les mèches sont finies, nous devrions recevoir mi-mars les deux safrans neufs qui ont été faits dans les moules de ceux de PRB. Ils sont un peu plus grands en surface que les précédents, avec un profil beaucoup plus tolérant. Les safrans que nous avions avant généraient très peu de traînée en théorie, parce qu’ils étaient très fins, mais ils avaient tendance à vite décrocher et le bateau partait au lof. Là, nous avons opté pour un profil plus épais qui, a priori, génère plus de traînée, mais en pratique moins. Au final, nous aurons des safrans plus performants. Sinon, les nouveaux câbles de mât et de voiles commencent à arriver, la phase de remontage de l’accastillage a débuté, et la bôme a été réparée, sachant que nous avions une petite fissure. Nous avons donc changé le process de réparation pour être plus sereins ».

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.