Le 7ème continent

16 octobre 2020

De nouvelles rencontres en mer

La mer offrira de belles rencontres aux marins solitaires : albatros, pétrels, macareux ou encore mammifères marins en guise de compagnons de route. Malheureusement, les concurrents du Vendée Globe risquent aussi de croiser le 7ème continent ainsi que des déchets de tous types dans les océans : en plastique, en verre, en tissu ou encore en métal. Ces déchets aquatiques, flottants, échoués ou immergés, proviennent tous de l’activité humaine. Selon leur composition, ils persistent plus ou moins longtemps et polluent nos océans, c’est un phénomène qui affecte beaucoup Yannick Bestaven.
En fonction de leur taille, on les appelle les «macro-déchets» (supérieur à 5 mm) ou les «microdéchets» (inférieur à 5 mm). Ces derniers sont invisibles à l’oeil nu.

Plage polluée
Un 7ème continent fait de déchets

La création du 7ème continent

Les déchets aquatiques sont des matériaux ou objets fabriqués et utilisés par l’Homme, qui sont directement ou indirectement jetés dans les milieux aquatiques. La plus grande partie d’entre eux coule avant de se déposer sur les fonds marins. Les déchets flottants,  qui restent à la surface, dérivent avec les courants marins sur des distances si longues qu’on ne pourrait les imaginer !
À force de dériver, les déchets flottants convergent vers un même endroit et s’accumulent, formant ainsi un immense amas de détritus. Cette accumulation de déchets est devenue si importante qu’elle porte désormais un nom : le 7ème continent. Cette zone, située dans le Pacifique Nord, entre la Californie et le Japon, est aussi surnommée le «continent plastique», car elle est constituée à 90 % de matières plastiques.

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.