Retour sur les techniques d’élevage de dindes Maître CoQ

Avant de pouvoir proposer une gamme de produits de qualité, Maître CoQ s’attarde sur les conditions d’élevage des dindes. Des techniques adoptées par les éleveurs jusqu’au au régime alimentaire des animaux, plusieurs critères sont pris en compte pour veiller à l’amélioration de leur bien-être. Le même soin est également apporté pour leur reproduction. Retour sur les valeurs et les exigences que l’on retrouve au sein des élevages de volailles Maître CoQ.

Éleveur de dindes : un métier passionné

Depuis près de 40 ans, Maître CoQ tisse des partenariats avec des éleveurs de dindes soucieux de l’amélioration de la bientraitance animale. Les exploitants profitent de l’accompagnement de techniciens d’élevage et des visites de vétérinaires indépendants. Ils ont également la possibilité de bénéficier de formations destinées à parfaire leurs compétences, notamment ce qui a trait à l’élevage des dindes, leur alimentation ou leur bon état physique.

En parallèle de leur activité principale, les éleveurs ont la possibilité d’accueillir d’autres animaux et de cultiver leur terre. À ce titre, les céréales peuvent servir d’alimentation aux dindes.

Quelles sont les principales méthodes employées pour l’élevage de dindes ?

En ce qui concerne les techniques privilégiées dans le domaine de l’aviculture, on estime que la durée d’élevage de dindes varie environ entre 85 et 105 jours. Cela permet de mieux gérer toutes les étapes de l’exploitation. De l’accueil des poussins à la croissance des volailles, l’éleveur est amené à prendre soin des animaux en toutes circonstances. Afin de bien contrôler les élevages de dindes, les mâles et les femelles sont séparés.

Un régime alimentaire spécialement conçu pour les dindes et les volailles

Constituée en partie de céréales entières d’origine française, la nourriture des dindes répond à leurs besoins nutritionnels quotidiens. Il s’agit de différentes variétés de céréales telles que le blé ou encore le maïs. Pour un apport complet, leur régime alimentaire comprend aussi des vitamines, des minéraux, ainsi que des substances protéagineuses (pois) et oléoprotéagineuses, comme le soja, le tournesol ou le colza. Il existe également des dindes dont l’alimentation est enrichie en graines de lin. À noter que ce type de graines est riche en oméga 3. L’alimentation des dindes est élaborée par des nutritionnistes qui prennent en considération l’âge des volailles et leur croissance.

Les principales activités des éleveurs de dindes lors du cycle de croissance des animaux

Pendant la durée de l’élevage des dindes, nos partenaires avicoles réalisent de nombreuses activités pour assurer le bon développement des volailles. Au cours du cycle de production, ils sont amenés à respecter les préconisations du cahier des charges Maître CoQ. Cela passe notamment par les points suivants :

  • la propreté des espaces de vie et de circulation dédiés aux animaux ;
  • la gestion et le tri des déchets issus de l’élevage des volailles, en privilégiant les solutions de revalorisation ;
  • Le métier d’éleveur de dindes nécessite de bien entretenir les sites et les équipements. Les éleveurs peuvent bénéficier d’un accompagnement et d’une expertise sur la gestion de son exploitation, y compris pour mettre en avant des pistes et des solutions d’investissement.

Quels sont les moyens concrets pour veiller à l’amélioration du bien-être des volailles dans les élevages ?

L’élevage des volailles et des dindes Maître CoQ impose également le respect de la réglementation propre à la bientraitance animale et aux conditions de vie. Outre les pesées régulières, il est essentiel de s’assurer de la bonne santé physique des dindons et des dindes. Actions préventives contre les maladies, observation du comportement naturel et social de chaque spécimen, aménagements pour veiller à leur confort…

Zoom sur les aménagements des bâtiments d’élevage pour les dindes

Dans le cadre de la démarche Nature d’Eleveurs, les éleveurs de dindes rajoutent des pierres à picorer et des ballots de paille supplémentaires. L’amélioration des espaces intérieurs implique aussi des contrôles récurrents de la température. Pour une régulation précise et économe en énergie, les bâtiments sont équipés de systèmes de chauffage performants. 

L’aménagement du poulailler contribue à favoriser l’accès à la nourriture et à de l’eau fraîche. La qualité des litières fait également l’objet d’une attention toute particulière.