Les bateaux

Classe Imoca – Le Maître CoQ 2

Anciens noms du bateau : Foncia, Banque Populaire
Architecte : VPLP-Verdier
Chantiers : CDK, JMV, Green Marine
Date de lancement : 20 septembre 2010
Longueur : 18,28 m
Largeur : 5,90 m
Tirant d’air : 29 m
Tirant d’eau : 4,50 m
Voile de quille : Acier
Vitesse max au près : 11 nœuds
Vitesse max au portant : 27 nœuds, pointes à 30 nœuds

Deuxième de la Route du Rhum 2014, le 60 pieds Maître CoQ a subit une longue période de transformation au début de l’année 2015. Remis à l’eau le 29 juillet dernier après sept mois de chantier, l’IMOCA Maître CoQ 2 est prêt pour de nouveaux défis. « Les modifications techniques effectuées cette année portent leurs fruits et nous avons réussi à trouver plein de petites choses pour améliorer la vitesse du bateau. C’est une phase importante dans notre préparation pour le Vendée Globe », souligne Jérémie Beyou.

Classe Figaro Bénéteau

Anciens noms du bateau : Marc Lombar
Chantiers : Bénéteau – Saint Hilaire de Riez
Date de lancement : 2003
Longueur : 10,11 m
Largeur : 3,43 m
Tirant d’air : 15 m
Tirant d’eau : 2,10 m
Voile de quille : Quille fixe en acier
Vitesse max au près : 7-8 nœuds max
Vitesse max au portant : 15-20 nœuds max

Le Figaro est le support fétiche de Jérémie Beyou. Triple vainqueur de la Solitaire du Figaro en 2005, 2011 et 2014, Jérémie a décroché une belle 4ème place en 2015, seulement 1 mois après avoir subi une opération du genou droit. «La Solitaire reste pour moi la course de référence, celle qui a bercé mes rêves d’adolescence, avec bien- sûr le Vendée Globe. Le fait d’être arrivé tout en haut du palmarès constitue une très grande fierté», se réjouit le skipper de Maître CoQ.

Diam 24

Architecte : VPLP
Chantiers : ADH INOTEC
Date de lancement : 2014
Longueur : 7,25 m
Largeur : 5,62 m
Tirant d’air : 12,20 m
Tirant d’eau : 1,50 m

Le Diam 24 est le nouveau support intégré en 2015 par Maître CoQ. Les amateurs de voile ont pu admirer ce trimaran de 7,25 mètres de long cet été lors du Tour de France à la Voile, pour la plus grande satisfaction de Jérémie Beyou :

«le Diam 24 est un petit monotype qui va vite, se pratique en équipage réduit, avec des formats de course sur une journée, c’est très facile à mettre en place. Et sur l’eau, dès qu’il y a 10-15 noeuds de vent sur mer plate, nous prenons beaucoup de plaisir.»