Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Un avant-goût de grand large

23 octobre 2013

Le Team Maître CoQ est en route pour Le Havre, port de départ de la Transat Jacques Vabre. Ce convoyage entre la Bretagne et la Normandie est bien sûr un ultime entraînement pour Jérémie Beyou et Christopher Pratt, mais c’est aussi la meilleure des façons de se dire : on y est ! Le duo Maître CoQ est attendu au Havre le 25 octobre et le départ de cette longue transat vers le Brésil est prévu le 3 novembre prochain.

 

Ce matin, Jérémie Beyou et Christopher Pratt ont renfilé bottes et ciré, après une semaine de repos relatif. Le monocoque Imoca Maître CoQ fait route vers le port de départ de la Transat Jacques Vabre. Une fois qu’ils seront sur place, au Havre, les skippers Maître CoQ seront bel et bien immergés dans la course, dans leur course.

Que font des coureurs au large une semaine avant de partir en mer ? Et bien, ils ont presque une vie « normale »… Jérémie et Christopher ont passé un peu de temps en famille, auprès de leurs enfants surtout. Quelques séances de sport étaient aussi au programme.
Enfin, Jérémie comme Christopher sont aussi des chefs d’entreprise et d’incontournables tâches administratives les ont rappelés à l’ordre terrestre avant de partir courir trois semaines sur l’Atlantique.

Aujourd’hui, entre Lorient et Le Havre, le duo Maître CoQ déguste ce convoyage aux avant-goûts de grand large, avant d’entrer dans le tourbillon d’avant-départ. Dès vendredi, un planning chargé attend Jérémie et Christopher. Pendant 10 jours, ils vont enchaîner rendez-vous, rencontres et briefings, mais, paradoxalement, au cœur de cette frénésie, doucement, mais sûrement, ils vont commencer à entrer dans leur bulle de coureur au large…

Jérémie Beyou, skipper Maître CoQ , avant le convoyage vers le Havre   : « C’est difficile d’arrêter le tourbillon de mon emploi du temps !… Mais j’ai pu passer du temps avec mes enfants et faire un peu de sport. Nous avons navigué aussi, préparé le chantier technique de l’hiver prochain, participé à l’AG de la Classe Imoca…
Le bateau est bien prêt, je suis très content du travail de l’équipe technique. Ils sont tous pointus et perfectionnistes. Nous partons sereins de Lorient. »

Christopher Pratt, co-skipper Maître CoQ : « Nous sommes toujours happés par des tas de choses à faire et à anticiper, mais après tous les stages d’entraînement, c’est appréciable de passer un peu de temps en famille, avec ses enfants.
Ce repos relatif ne nous empêche pas de rester concentrés sur la course et les derniers préparatifs… Nous continuons toujours à nous poser des questions sur certains détails, mais les grandes lignes de notre préparation sont bien sûr figées. Nous entrons dans le vif du sujet ! »
 

Mini Mag
Au gramme près  
Avant d’embarquer voiles, nourriture, outils, matériel de rechange, vêtements, etc. Les skippers et leur équipe passent beaucoup de temps à absolument tout peser, au gramme près. Ensuite, des arbitrages sont réalisés de façon à choisir uniquement le matériel strictement nécessaire, tout en cherchant toujours à l’alléger le plus possible.
Par exemple, à bord de Maître CoQ, les couvercles des caisses à outils ont été remplacés par des plaques de carbones ou de composite qui serviront également de matière première en cas de réparation. Les sacs à voiles ont tous été refaits (par l’atelier de 727 Sailing Bag) en « Cuben » un tissu léger qui sèche très vite. Les rares bouteilles de soda sont comptées… Et ainsi de suite. Chaque gramme de matière qui n’est pas absolument utile à la performance de l’équipage et du bateau est supprimé. À chaque fois, ce sont 50, 100, 200 grammes de gagné qui pèseront dans la balance « performance » du Team Maître CoQ.

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.