Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Maître CoQ contraint à l'abandon

19 novembre 2012

« On dit que les grands champions sont ceux qui se relèvent. Je vais me relever, mais là, il va me falloir un peu de temps… » : colère et tristesse mêlées dans la voix de Jérémie Beyou ce matin au téléphone. Il est impossible de réparer seul, même provisoirement, le vérin de quille de son Maître CoQ. Il ne peut continuer sa route dans des conditions sécuritaires minimum. Il n’y a pas d’autre issue que l’abandon.

 

Jérémie Beyou a travaillé d’arrache-pied depuis quatre ans pour participer au Vendée Globe. Contraint à l’abandon en 2008 pour avarie technique, il était revenu, cette année, en toute humilité, prendre sa revanche et réaliser son rêve et celui des milliers de salariés Maître CoQ qui le suivent.

 

À force de ténacité, de démarche auprès de partenaires, d’investissement personnel, d’ouverture sur d’autres circuits et de belles victoires à l’image de celles en 2011 de la Solitaire du Figaro et de la Transat Jacques Vabre, Jérémie a réussi à monter, en dix mois seulement, avec Maître CoQ, un beau projet basé sur l’humain et la performance, pour les quatre années à venir.

 

Aujourd’hui, ce bel élan est suspendu. Une pièce estimée indestructible, surdimensionnée, révisée a lâché. Mais Jérémie Beyou et Maître CoQ n’en sont qu’aux premières pages de leur histoire commune, l’entreprise vendéenne ayant annoncé la poursuite de son partenariat jusqu’au Vendée Globe 2016.

 

Un cordage ne peut remplacer du titane
La réparation provisoire effectuée hier par le skipper Maître CoQ pour lui permettre de rallier le Cap Vert ne peut tenir très longtemps. Du textile ne peut remplacer du titane. Et un cordage ne pourra pas résister aux tonnes de charges qui se répercutent dans la tête de quille du monocoque Maître CoQ.
Avec les moyens du bord (le règlement du Vendée Globe n’autorise aucune assistance extérieure), il est tout simplement impossible de réparer, même provisoirement.

 

Et quand bien même Jérémie aurait pu trouver une solution viable mécaniquement pour fixer sa quille à la verticale, il n’aurait pas pu effectuer un tour du monde dans une telle configuration. Son bateau, comme une majorité des 60 pieds Imoca, est en effet conçu pour naviguer avec une quille basculante, et donc basculée. La répartition des poids et des forces qui s’exercent sur la quille comme sur le gréement est calculée avec un appendice qui n’est jamais dans l’axe du mât. Contrer cela, c’est aller contre l’équilibre du bateau, c’est s’exposer à d’autres soucis techniques.

 

La seule décision raisonnable et de bon marin à prendre est celle que Jérémie a prise : s’arrêter pour, avec l’aide de son équipe technique, tenter de réparer provisoirement ce vérin de quille et rentrer en France préparer la saison 2013.

 

____________________________________________

 


Jérémie Beyou, skipper Maître CoQ 
: « Le diagnostique est clair : la façon dont j’ai amarré la tête de quille hier, c’est la meilleure des façons de l’amarrer, cela m’a permis de ramener le bateau à l’abri des côtes. En revanche, l’analyse que l’on a pu faire de cette attache hier soir et jusqu’en début de nuit, c’est que cela ne permet pas de mettre quelque charge que ce soit sur la tête de quille. On risque de la casser. Cela ne permet donc pas de faire un Vendée Globe, d’aller dans les mers du sud… Et même en naviguant sous-toilé, cela ne fonctionnerait pas.

 

Donc pour être très clair, j’ai fait sauter mon plomb de moteur et je me dirige vers l’île Saint Vincent où mon équipe technique m’attend. La course est finie.

 

Il y a beaucoup de frustration et de déception… Je suis déçu aussi pour toutes les personnes qui m’ont fait confiance, Stéphane Sallé (Directeur général de Maître CoQ) en premier lieu et toutes les personnes qui m’envoient des messages depuis hier, les éleveurs partenaires de Maître CoQ… tous sont derrière moi. Je suis en colère. Cela n’aurait pas dû arriver.
Est-ce que l’on a tapé quelque chose ? Il y a des butées de jauge sur les vérins de quille : est-ce que cela a pu fragiliser la pièce ? Est-ce la pièce elle-même ? Il est beaucoup trop tôt pour le dire.

 

Lorsque c’est arrivé, j’étais tellement nerveux que j’étais mort de rire, tellement je n’y croyais pas. Après j’étais dans un énervement total, complètement concentré sur la réparation. Hier, toute la journée, j’ai été incapable de dormir. Je me suis jeté sur la nourriture, il y a de quoi faire… et j’ai fini par m’écrouler de sommeil. Ce matin, ça va mieux, j’ai l’esprit plus clair.

 

Dans l’immédiat, la première difficulté va être de rentrer dans le port, il y a juste ce qu’il faut en tirant d’eau. Ensuite, il va falloir tout démonter et ça ne va pas être une mince affaire, car tout est un peu tordu. Un fournisseur en hydraulique va venir, on va expertiser tout cela. Ça va prendre pas mal de temps. »

 

Stéphane Sallé, Directeur Général de Maître CoQ, présent à la vacation du Vendée Globe, ce lundi :« Comme tu le sais Jérémie, nous sommes partis pour nous inscrire dans la durée avec toi et je suis ici pour redire tout l’engagement, le soutien et la confiance que nous avons envers toi. Sur cette épreuve tu as montré que tu es dans le match. Nous sommes déçus, tous les salariés et les éleveurs le sont avec nous, c’est normal mais nous le sommes moins que toi et ton équipe. Cette déception est aussi le moteur de notre engagement dans la durée. C’est une péripétie, nous en gérons tous les jours, ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Il faut passer par-dessus et penser dores et déjà à l’avenir qui s’annonce chargé ! »

 

 ____________________________________________

 

 Rappel de la chronologie des événements
– Samedi 17 novembre à 23h35 la tête de vérin de quille de Maître CoQ casse net.
– Jérémie Beyou naviguait à une vingtaine de nœuds au portant, dans des conditions sereines, il se reposait à l’intérieur de son bateau.
– Il était à une centaine de milles du Cap Vert, il y avait 25 nœuds de vent et une mer formée.
– Après trois heures d’efforts, il sécurise et bloque sa tête de quille à l’aide de cordages.
– L’avarie a également endommagé un joint d’étanchéité : le bateau prend l’eau, Jérémie doit pomper en permanence.
– Il décide de s’abriter au Cap Vert.
– Nombreux échanges dans la nuit de samedi à dimanche avec l’équipe technique et les experts de « Mer Forte » (l’équipe de Michel Desjoyeaux qui a conçu puis vendu le bateau à Jérémie) pour comprendre et chercher une solution.
– Dimanche soir, 18 novembre, Jérémie est à l’abri.
– Au lever du jour, ce lundi, après avoir longuement réfléchi à toutes les solutions possibles, la mort dans l’âme le skipper Maître CoQ décide de jeter l’éponge, il n’y pas d’autre choix possible.
– Son équipe technique est déjà à Mindelo, prête à intervenir.
– Le travail de réparation sera long, mais Jérémie tient à ramener son bateau en France par la mer.
– Depuis hier matin, les messages de soutien affluent…

 

Le vérin de quille, qu’est-ce que c’est ?
Il y a un seul vérin par quille.
C’est une pièce en titane normalement « indestructible » qui pèse une centaine de kilogrammes.
Il faut être à trois pour le manipuler.
Impossible et inutile d’en embarquer un de rechange.
Maître CoQ avait la tête de vérin la plus puissante de la flotte de ce Vendée Globe, elle était capable de supporter une charge de 120 tonnes, alors qu’en navigation ce sont des charges de 40 tonnes maximum (10 tonnes en moyenne) qui sont nécessaires pour basculer la quille.
De mémoire d’experts (les responsables de Mer Forte notamment, dont Michel Desjoyeaux), jamais une telle pièce n’avait cassé et personne ne comprend les raisons de cette avarie.

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.