Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Maître CoQ, ça va fort !

31 mai 2016

Au matin du deuxième jour de course sur la transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne), Jérémie Beyou, parvenu à échapper à l’hécatombe qui s’est abattue sur la flotte lundi (cinq retours à Newport), occupe une excellente deuxième place.

Skippers Jeremie Beyou and Philippe Legros (Fra) training onboard IMOCA Maitre Coq before the start of the duo race Transat Jacques Vabre 2015, from Le Havre (France) to Itajai (Brazil), off Groix, south brittany on september 16, 2015 - Photo Jean Marie LIOT / DPPI / Maitre Coq

« Mon angoisse est de ne pas parvenir à suivre la cadence ». Ainsi parlait Jérémie Beyou à la veille de s’élancer pour sa première course de la saison, la transat en solitaire New York-Vendée (Les Sables d’Olonne). Après un jour et demi de course, force est de constater que le Finistérien fait mieux que suivre la cadence puisqu’il pointe ce mardi matin à la deuxième place, à une poignée de milles d’Alex Thomson (légèrement décalé dans son nord), avec sur ses talons Sébastien Josse et Vincent Riou.
Tous sont parvenus lundi à échapper à la cascade d’avaries qui s’est abattue sur la flotte, Yann Eliès, Armel Le Cléac’h, Pieter Heerema, Jean-Pierre Dick et Morgan Lagravière ayant fait demi-tour après avoir heurté des objets flottants non-identifiés (OFNI). Bénéficiant de conditions idéales pour progresser à vive allure tribord amure, à savoir un flux de sud-ouest soutenu, Maître CoQ, posé sur son foil bâbord, affiche mardi matin une vitesse instantanée de plus de 20 nœuds et fait route directe vers la France. Le rythme ne devrait guère baisser au cours d’une journée de mardi qui s’annonce extrêmement rapide.

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.