Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Maître CoQ bien lancé sur le Tour

8 juillet 2015

Après des débuts encourageants à Dunkerque sur l’Acte 1 du Tour de France à la Voile, Jérémie Beyou et son équipage ont confirmé leurs bonnes dispositions sur l’Acte 2 à Fécamp, signant une belle cinquième place lors du raid côtier couru lundi. Et si la journée de mardi lors des régates en stade nautique a été plus compliquée, le team Maître CoQ, douzième au classement général, est bien déterminé à poursuivre sa progression en fin de semaine lors des Actes 3 et 4 à Pornichet et Roscoff, terrain de jeu bien connu du skipper.

Acte 1 : La belle remontée de Dunkerque
Passé quasiment sans transition de la Solitaire du Figaro au Tour de France à la voile, Jérémie Beyou retrouvait le Diam 24 Maître CoQ vendredi dernier pour le coup d’envoi de la Grande Boucle maritime. Et les retrouvailles se sont plutôt bien passées, puisque, l’équipage, composé en plus du skipper, de Christopher Pratt en n°2 et d’Olivier Herlédant en n°1, a pris une prometteuse onzième place du parcours côtier de Dunkerque. « C’était une reprise en main, cela faisait un petit moment que je n’étais pas monté sur le bateau, commente Jérémie. Après un premier bord compliqué, nous avons vite retrouvé les manettes du bateau, notamment une très bonne vitesse au portant qui se solde par une onzième place, un bon résultat pour un début. »

Après une journée de samedi consacrée à des régates d’exhibition devant la plage de Malo-les-Bains, celle de dimanche était dédiée aux courses en stade nautique, celles-ci n’ont pu aller à leur terme et ont été annulées, le vent étant totalement tombé sur le plan d’eau nordiste après le passage d’un gros orage. L’Acte 1 se terminait par la première course contre la montre de ce Tour « new look », consistant à démonter les bateaux, les hisser sur les remorques, avant le transfert par la route vers Fécamp, situé à 300 km. A 0h56, sous la supervision d’Arnaud Hébert, le préparateur, le Diam 24 Maître CoQ était remonté et prêt à régater, tandis que l’équipe navigante était dans les bras de Morphée. « Nous avons la chance d’avoir une équipe très bien structurée, cela permet aux équipiers de se reposer pendant ces transferts qui prennent du temps et de l’énergie », se réjouit ainsi Dimitri Deruelle, l’un des cinq navigants.

 

Acte 2 : La confirmation de Fécamp
Grand soleil et petit temps étaient au rendez-vous du raid côtier lundi en fin de matinée, un aller-retour Fécamp-Etretat le long de la Côte d’Albâtre. Pas de retard à l’allumage cette fois-ci pour l’équipage en configuration « light » (Pierre-François Dargnies, plus léger, remplace Olivier Herlédant en n°1), puisqu’il passe la bouée d’Etretat en troisième position. « Nous ne prenons pas trop de risques au départ parce que nous partons sous pavillon noir (celui qui vole le départ est disqualifié), nous jouons plutôt le vent que le courant en choisissant la droite du plan d’eau pour récupérer une bascule de vent, c’était la bonne option stratégique », se réjouit Jérémie Beyou. Comme à Dunkerque, une bonne vitesse au portant permet aux « trois coqs » de rester dans le groupe de tête au ras de la côte et de terminer cinquième.

Changement de décor mardi matin avec de la brise, un ciel chargé et une configuration nouvelle qui avait bien fonctionné en mai sur la Normandy Sailing Week au Havre avec Dimitri Deruelle, Christopher Pratt et Olivier Herlédant à bord, tandis que Jérémie suit les régates en stade nautique du semi-rigide de l’équipe. Malheureusement, la première manche se termine vite à cause d’une casse de safran au passage d’une bouée, Maître CoQ, 6e et 9e des deux suivantes, se retrouvant en finale du Groupe Argent (places de 14 à 28), terminée au 4e rang. A l’arrivée, une 19e place sur la journée et un sentiment mitigé pour Dimitri Deruelle : « Cette casse de safran nous l’avons réparé au plus vite. Nous avons ensuite essayé de naviguer proprement, mais cela ne s’est pas passé comme on voulait. Le niveau est très élevé, les erreurs se paient cash mais nous allons continuer de progresser.»

On the road to Pornichet…
La caravane du Tour fait ses adieux à la Normandie mardi soir, direction la Loire-Atlantique et Pornichet, distant de 435 kilomètres, où les 28 équipes engagées se retrouveront jeudi pour le raid côtier de l’Acte 3. La journée de mercredi va être mise à profit par Jérémie et son équipe, 12e au général, pour débriefer ce début de Tour. « Nous faisons deux bons raids, nous sommes en revanche un peu en retard sur les régates techniques, nous devons comprendre ce qui n’a pas fonctionné et trouver des solutions », estime le skipper de Maître CoQ, bien conscient qu’une journée moins réussie est vite arrivée sur ce Tour nouvelle formule. « Le format des courses favorise les renversements de situation, tout le monde connaîtra de telles journées, nous allons rebondir à Pornichet ».

De son côté, Dimitri Deruelle ajoute : « Le gros point positif, c’est que nous formons une super équipe, il y a un grand respect entre nous tous, nous sommes très solidaires et nous avons tous une grosse envie de bien faire. »
Rendez-vous est pris pour l’Acte 3 jeudi et vendredi à Pornichet avant un Acte 4 à Roscoff samedi et dimanche qui sera l’occasion pour Jérémie d’évoluer « à domicile », dans une Baie de Morlaix qui a abrité ses premiers bords en Optimist…

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.