Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

La préparation physique de Jérémie Beyou : tout dans la tête, ou presque

1 octobre 2012

Pour les skippers engagés sur le Vendée Globe, la préparation physique est à la fois incontournable et pourtant presque « annexe » comme le précise le Dr Lambert, médecin du sport avec lequel se prépare Jérémie Beyou, l’un des prétendants au podium du prochain Vendée Globe.

Double vainqueur de la Solitaire du Figaro, vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre, Jérémie Beyou, solidement soutenu par son nouveau partenaire Maître CoQ, se prépare depuis des mois à son tour du monde en solitaire.

Tout dans la tête… mais beaucoup dans les jambes 
La voile est un sport atypique. Les efforts requis pour pousser un monocoque Imoca à son maximum pendant trois mois sur toutes les mers du globe sont très divers et aucun marin n’a le même profil physique.

 

Le skipper Maître CoQ, comme une grande majorité des skippers engagés sur un tour du monde en solitaire ont un excellent fond physique, qu’ils travaillent depuis des années. Cet entraînement alterne foncier et fractionné et fait partie intégrante de leur préparation. 
Pourtant, selon le Dr Lambert, médecin du sport basé à Lorient qui suit des marins professionnels depuis plus de quinze ans : « La vo2max (indicateur de la performance dans les efforts d’endurance, ndlr), n’est pas importante pour ses marins au long cours ! Jérémie Beyou, comme tous les autres skippers, a besoin d’un bon fond physique. Il l’entretient comme il veut, à sa manière, mais ce qui le fera tenir, c’est son mental. Ils ont tous une extraordinaire et admirable capacité à repousser leurs limites. La condition physique est nécessaire, mais pas déterminante. »

 

Tout dans la tête donc pour Jérémie Beyou et ses camarades de circumnavigation ?… Ne nous y trompons pas, essayez seulement de « wincher » une écoute de gennaker après un virement de bord et vous verrez que cela demande un « minimum » d’entraînement.

 

Tonus et endurance 
Un coureur des mers au long court doit en effet être à la fois capable de développer beaucoup de puissance en quelques minutes, de supporter une forte et rapide augmentation de son rythme cardiaque lors de manœuvres soudaines, tout en étant endurant et résistant… à tout : aux mouvements violents et incessants de son bateau, au stress, à la fatigue, au bruit, à la pression de la compétition, au froid, à la fournaise équatoriale, à la douleur.

 

Il faut être capable de grimper seul, en pleine mer, en haut de son mât de 28 m de haut, de manipuler une voile de 150 à 250 m2 (qui pèse de 60 à 95 kg), d’avoir le cran et la force de plonger, seul, en cas de problème au niveau des appendices, etc.

 

Ces athlètes hors normes doivent constamment s’adapter et repousser leurs limites . Alors, bien sûr, la course au large nécessite une très bonne forme physique générale, mais ce physique il faut qu’il soit stimulé par un mental puissant : c’est là que ce fera la différence, et c’est là que le Skipper Maître CoQ dispose d’un solide atout.

 

Jérémie Beyou, skipper Maître CoQ : « La course au large nous sollicite de différentes faç ons : il y a de la résistance pure au sommeil, au stress, à la fatigue… Il y a le bateau qui bouge en permane nce. Et il y a de longues périodes relativement statiques avec d’un coup une manœuvre qui requiert toute notre én ergie su r un temps très court.
Il faut donc travailler en résistance et en fractionné, associé à un bon gainage des mu scles et du dos en particulier. Il faut faire beaucoup d’étirements, à terre comme en mer. C’est intéressant aussi de nav iguer sur des supports dynamiques, voire stressants. 
La préparation physique est devenue un paramètre hyper important pour nous. D’autant que, passé 30 ans, il faut commencer à faire attention aux petits bobos qui peuvent vite devenir handicapants . »

 

Lors de la semaine précédant le départ du Vendée Globe, le Dr Lambert proposera des séances de massage à Jérémie, afin de détendre le corps… et l’esprit du skipper Maître CoQ.
_____________________________________________

Dr Lambert, médecin du sport : « Jérémie fait beaucoup de vélo, sur de longues distances, un peu de musculation et ses sorties en mer : cela suffit comme préparation physique. En revanche, je lui interdis de faire de la course à pied, du foot et autre sport où les risques d’accident sont importants. 
Globalement, Jérémie est en forme. Il se prépare physiquement pour se donner confiance. La seule chose que je préconise avec insistance ce sont les étirements, pour préserver le dos, mais il n’y a pas de suivi médical spécifique en amont du Vendée Globe. 
Il n’y a pas non plus de profil physique « idéal » pour réussir un Vendée Globe, car le mental occupe une place énorme dans la performance globale du skipper et c’est justement l’un des points forts de Jérémie. »

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.