Le Club Maître CoQ Avantages
Je me connecte
Ou


Mot de passe oublié
Je m'inscris
Ou

Jérémie Beyou et la Transat Jacques Vabre, toute une histoire !

19 octobre 2015

Arrivés dans la nuit de jeudi à vendredi au Havre après un convoyage de 35 heures, Jérémie Beyou et Philippe Legros sont désormais concentrés sur la Transat Jacques Vabre dont ils prendront le départ dimanche à bord de Maître CoQ. Ce retour en Normandie est l’occasion pour Jérémie de se replonger dans ses souvenirs et d’évoquer ses quatre précédentes participations à la transat en double, à chaque fois en IMOCA.

 

2003 : « La naissance d’Achille »
4e sur PRB avec Vincent Riou

Jérémie Beyou : « Le grand souvenir de cette première participation, c’est la naissance de mon premier garçon, Achille, pendant que j’étais en mer. Ce n’était pas évident de vivre cet événement à distance, mais le fait d’être avec Vincent Riou, un copain, a tout changé. Le jour de la naissance, je me souviens qu’il était longtemps resté à l’intérieur du bateau. A la barre, je n’en pouvais plus, je voulais rendre mon quart, je me demandais ce qu’il faisait. Et à un moment il me dit : « C’est bon, tu peux rentrer ! » Quand je suis descendu, il avait affiché sur l’ordinateur de bord les photos que mon père avait envoyées, cela faisait deux heures qu’il essayait de les récupérer ! C’était vraiment un moment sympa. Et sportivement, j’étais très fier d’être sur PRB, le bateau qui avait gagné le dernier Vendée Globe. »

 

2009 : « J’ai pris des notes »
4e sur Foncia avec Michel Desjoyeaux

JB : « J’ai eu la chance d’être appelé par Michel avec lequel j’ai disputé toute la saison sur Foncia, là encore sur le bateau tenant du Vendée Globe, c’était très valorisant qu’il me choisisse. Quand tu te retrouves au côté du double vainqueur du tour du monde, la référence en matière de navigation en solitaire, tu essaies de te mettre à son niveau. Nous n’avions pas eu une transat facile, avec vraiment du gros temps la première semaine, si bien que nous avions essayé d’être prudents, peut-être un peu trop. En même temps, les faits nous ont en partie donné raison, puisque parmi les quatre qui ont été se mettre dans la tempête, un a coulé (BT avec Sébastien Josse et Jean-François Cuzon). En revanche, les trois autres sont passés, nous avons du coup été distancés. Michel était déçu, moi aussi, mais je garde le souvenir d’une belle expérience. »

 

2011 : « Il était temps ! »
Vainqueur sur Virbac-Paprec 3 avec Jean-Pierre Dick

JB : « 2011, une grande année pour moi ! D’abord parce que je gagne la Solitaire du Figaro pour la deuxième fois, alors que j’étais en recherche de partenaires pour m’accompagner en IMOCA, ensuite parce que je remporte la Transat Jacques Vabre, ma première victoire en course océanique, cela faisait du bien d’étoffer mon palmarès avec ce type d’épreuve, il était temps ! Jean-Pierre venait de gagner la Barcelona World Race avec Loïck Peyron, il avait gagné deux fois la Jacques Vabre auparavant, la pression était clairement sur moi ! Au final, nous avons vécu une belle aventure humaine. Sur l’eau, nous avons réussi à conserver une jolie trajectoire et à bien faire marcher le bateau parce que nous étions bien organisés à bord. Nous gagnons finalement avec une belle avance sur Alex Thomson et Guillermo Altadill. »

 

2013 : « La première avec mon bateau »
3e sur Maître CoQ avec Christopher Pratt

JB : « Cette édition était ma première sur Maître CoQ, c’était aussi la première fois que je disputais la Transat Jacques Vabre avec mon propre bateau. J’avais choisi Christopher Pratt pour m’accompagner. Il connaissait très bien le bateau, puisqu’il avait fait les deux saisons précédentes dessus avec Armel Le Cléac’h. L’objectif minimum était de terminer dans le Top 5, nous finissons troisièmes en ayant su ménager la chèvre et le chou. Ce résultat était parfait, une belle façon de démarrer cette nouvelle histoire. »

 

Et 2015 ?

JB : « Cette cinquième participation se présente sous les meilleurs auspices, parce que notre préparation a été très bonne. Depuis la mise à l’eau du bateau fin juillet, nous n’avons pas annulé une seule navigation ! Cela veut dire que l’équipe technique a bien assuré pour que le bateau soit toujours prêt. Et lors des entraînements, mais également pendant le Trophée Azimut en septembre (2e place), nous avons pu tirer dessus avec Philippe, nous avons connu une belle courbe de progression. Nous avons hâte d’y être. Ce qui est amusant, c’est que je vais me retrouver confronté à trois des quatre marins avec lesquels j’ai disputé cette Transat Jacques Vabre, à savoir Vincent, Michel et Jean-Pierre. Je suis content de retrouver Jean-Pierre, nous n’avons plus navigué l’un contre l’autre sur une grande course depuis le Vendée Globe 2012, c’est sympa de le revoir en IMOCA et sur la Transat Jacques Vabre, une course qui lui réussit bien, puisqu’il l’a gagnée trois fois. En plus, il avait eu la malchance de ne pas pouvoir prendre le départ il y a deux ans, parce qu’il avait chaviré juste avant le départ en MOD70. Je suis sûr que cela lui fait du bien d’être de nouveau dans le bassin des Docks, ici au Havre. Maintenant, j’espère que je l’attendrai à l’arrivée ! »

En poursuivant votre navigation sur Maître CoQ, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.