Les engagements Maître CoQ pour la santé des volailles

Il est essentiel de prendre soin des volailles qu’on élève pour qu’elles restent en bonne santé. Les éleveurs de volailles Maître CoQ prêtent donc une attention toute particulière au bien-être de leurs volailles et mettent en place tout le nécessaire pour les soigner le mieux possible lorsque cela est nécessaire. Cela permet aussi d’assurer la sécurité des consommateurs.

La santé des poulets passe par de la prévention

La prévention est un élément central dans le soin des volailles et pour éviter les maladies. Le simple fait de nettoyer le poulailler, les mangeoires, les abreuvoirs, les perchoirs lors du vide sanitaire, et de renouveler au besoin la litière permet déjà de limiter les risques de maladie des volailles.

Il faut aussi que les poulets soient à l’aise, et pour cela, leur permettre d’avoir accès à l’eau à volonté est indispensable. De même, l’alimentation joue un rôle central pour garder des poulets en bonne santé. Les volailles sont omnivores. Elles consomment diverses céréales, généralement un mélange équilibré à base de blé et de maïs et, dans une plus faible proportion, de l’avoine, de l’orge, etc. De plus, à la fin de la première et de la deuxième semaine de vie, il n’est pas rare que l’alimentation des poulets soit supplémentée notamment en minéraux, vitamines, acides aminés et oligo-éléments, ce qui permet aussi de prévenir les carences.

D’une façon générale, le plan de prophylaxie est établi par un vétérinaire de façon à obtenir les meilleurs résultats possibles.

Prévention : vaccination des poulets

La vaccination des volailles permet d’éviter certaines maladies, principalement au couvoir. Cette vaccination débute dès la première semaine avec les vaccins contre la maladie de Newcastle et la bronchite infectieuse, administrés par trempage de bec (produit introduit dans l’eau de boisson) ou par spray aérosol.

Le processus de vaccination des volailles prévoit également une injection de vaccin contre la maladie de Marek au premier jour de vie. À 6 semaines, un rappel de vaccin est effectué. La démarche consiste alors à instiller le vaccin inactivé dans les yeux du poulet à l’aide d’une pipette. La vaccination des volailles se poursuit avec le vaccin contre la maladie de Gumboro avec un rappel programmé 15 jours après la première injection. Pour ce vaccin comme pour d’autres, il n’est pas rare qu’un anti-stress soit simultanément administré aux volailles. L’administration du vaccin peut se faire à partir de l’eau de boisson ou de comprimés effervescents.

En cas de maladies : administration d’antibiotiques

Les antibiotiques ne sont utilisés qu’en cas de maladie. Ils sont donc à visée thérapeutique et ils sont délivrés sur prescription vétérinaire conformément à la réglementation. Par ailleurs, dès que cela est possible, des solutions alternatives leur sont préférées, la phytothérapie par exemple.

Quels impacts pour le consommateur ?

Le respect de la réglementation européenne concernant le soin des poulets assure aux consommateurs de consommer un produit de qualité. Maître CoQ veille au respect de l’application de la réglementation en vigueur concernant les délais de retrait avant abattage afin de respecter des LMR (limites maximales de résidus) sur le produit fini et donc prémunir les consommateurs contre tous les risques de concentration de résidus de pesticides.

Quelles maladies peuvent être soignées via des antibiotiques et grâce aux vaccins ?

Certaines maladies de volaille peuvent être soignées avec des antibiotiques, ou leur apparition prévenue grâce aux différents vaccins. En ce qui concerne les antibiotiques, ils nécessitent l’avis expert d’un vétérinaire. Dans le cadre des contraintes d’antibiorésistance, ils ne sont plus considérés comme un traitement systématique. Généralement administrés par l’eau de boisson, les antibiotiques peuvent servir à soigner, entre autres, les infections respiratoires et les problèmes intestinaux.

On les vaccine contre la maladie de Marek (à 1 jour), la bronchite infectieuse, le syndrome de ponte chez les poules pondeuses. Quelle que soit la maladie, un suivi minutieux de la part de l’éleveur permet très souvent d’éviter les risques de contagion et de soigner les volailles dans les meilleures conditions. Les éleveurs partenaires de Maître CoQ sont d’ailleurs formés à tous ces enjeux et à toutes ces questions vétérinaires (mise en place des conditions qui permettent d’éviter les maladies, administration de vaccins pour prévenir les maladies, recours aux alternatives aux antibiotiques lorsque cela est possible, etc.). Il en va du bien-être animal et de la sécurité des consommateurs.

 

Pour aller plus loin

Découvrez d’autres articles sur la santé des volailles.

Les maladies
Tour d’horizon des différentes maladies du poulet : leurs origines, leurs traitements, et leurs conséquences sur les éleveurs et les consommateurs. 

Les antibiotiques
Souvent décriés, les antibiotiques sont pourtant des médicaments essentiels pour traiter certaines maladies chez la volaille.